L'association

L’Association Prévention Suicide Premières Nations et Inuits du Québec (APSPNIQ) est un organisme autochtone à but non lucratif dont le siège social est situé à Montréal et qui existe depuis le 2 novembre 2001 (partie III de la Loi sur les compagnies matricules). L’Association compte plus de trois cents membres des Premières Nations et des Inuits à travers le Québec. Sa mission est de participer à l’ensemble des efforts visant à favoriser le bien-être et l’équilibre dans la vie des populations autochtones du Québec. Elle le fait en développant des activités communautaires de sensibilisation, de prévention et d’éducation populaire, mais aussi en soutenant activement le développement des interventions psychosociales accessibles dans la langue et selon des modèles culturels respectueux de chaque nation et de chaque communauté.

Considérant l’évidence de facteurs tels l’immensité du territoire, la diversité culturelle et la complexité des enjeux sociaux et politiques présents, les autochtones ont très peu d’accès aux ressources et aux services appropriés indispensables pour faire face aux défis grandissant des problèmes sociaux qu’ils rencontrent. L’APSPNIQ a donc choisi, comme stratégie de première étape, de répondre aux besoins des autochtones puisqu’ils sont non seulement les représentants de leur communauté et de leur nation, mais parce qu’ils ont aussi un rôle clé comme agents de changement dans leurs milieux respectifs. En majorité, les intervenants communautaires autochtones sont des membres de la communauté directement impliqués au niveau de l’aide et du soutien à leur population, mais on trouve aussi des intervenants non-autochtones dans les secteurs de la santé, des services sociaux et de l’éducation. Le conseil d’administration représente les intervenants de chacune des Nations, les intervenants autochtones en milieu urbain de même que des intervenants non-autochtones. (voir la liste des membres du conseil, plus bas).

L’Association travaille de concert avec les associations canadienne et québécoise de prévention du suicide. De plus, elle détient un siège à l’Association pour la Santé mentale autochtone du Canada. Mélanie Petiquay, de Manawan, membre fondatrice de l’Association, s'est vue attribuer le prix Réjean- Marier de l’Association québécoise de Prévention du suicide en 2002, en reconnaissance de son travail exemplaire auprès des jeunes de sa communauté, ainsi que pour sa contribution à la fondation de l’APSPNIQ.

L’Association regroupe des intervenants de première ligne souvent isolés et sans voix, dans une réalité communautaire complexe faisant face à des défis extrêmes en termes de gravité et de fréquence des problèmes relatifs à leur champ d’intervention.

L’éloignement géographique, les enjeux reliés à la langue, à la culture et au fait d’avoir à intervenir dans son milieu, parfois avec les membres de sa propre famille, témoignent à la fois de l’importance de leur rôle, mais aussi de leur vulnérabilité face aux traumatismes reliés au travail et à l’épuisement professionnel.

Bien que la collaboration avec les organismes régionaux en prévention du suicide se développe progressivement, les enjeux spécifiques aux milieux autochtones justifient pleinement l’existence d’un organisme distinct.

Partout où nous allons présenter notre démarche (Association québécoise pour la Prévention du suicide, Congrès international de la  francophonie en prévention du suicide, Association canadienne pour la Prévention du suicide, Native Mental Health Association of Canada, colloques régionaux, etc.), les commentaires soulignent l’utilité d’un regroupement d’intervenants autochtones comme un des éléments clé de toute stratégie face à l’ensemble des problématiques psychosociales affectant la vie des communautés des Premières Nations et des Inuits.